Vote sur le retour de l’alternance à 14 ans

Formation de boucher : apprentissage possible dès 14 ans ?

Christian Estrosi, président de la Métropole Nice Côte d’Azur, et Président de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur a déposé fin 2015, une proposition de loi visant à permettre les formations en alternance dès l’âge de 14 ans, au lieu de 16 ans. Cette mesure, déjà abrogée en 2013 par le ministre de l’Education Vincent Peillon, est passée au vote de l’Assemblée Nationale le 4 février 2016.

Proposition de loi

La motivation première de cette proposition de loi est qu’en donnant aux jeunes une formation professionnelle le plus tôt possible, on les prépare mieux au monde de l’entreprise et à ses rouages. A terme, Christian Estrosi souhaite encourager les centres de formation d’apprentis (CFA) et les lycées professionnels à fusionner. Le contexte actuel du grand plan de relance annoncé par le président de la République semblait plutôt favorable à cette proposition. Pourtant, le vote des députés a été négatif.

Rejet de l’apprentissage à 14 ans

 Les députés ont donc rejeté la proposition de loi de Christian Estrosi argumentant que l’apprentissage à 14 ans serait contreproductif, et que cela induirait des ruptures scolaires précoces, tout en rappelant que le pré-apprentissage était déjà possible dès l’âge de 15 ans. En effet, un jeune rencontrant des difficultés d’adaptation au collège et voulant entrer en formation en alternance peut demander à accéder au dispositif DIMA (Dispositif d’initiation aux métiers en alternance). Cette formation permettra au jeune de commencer une activité professionnelle tout en conservant le statut scolaire.

Ecole de l’alimentation : formation en alternance dès 16 ans

 A l’école de l’alimentation, les formations en alternance, comme la formation de boucher par exemple, sont accessibles dès la fin du collège, après la classe de 3ème. Cette formation se déroule classiquement en 3 années et est organisée sur le rythme de 60% du temps passé en entreprise. A noter qu’en fonction du niveau et des pré-requis des candidats, des aménagements ou des réductions de parcours peuvent être proposés. Actuellement, le taux de réussite de la formation de boucher à l’école des métiers de l’alimentation est de 100%.

Le métier de Conducteur de ligne

Le conducteur de ligne a pour rôles : la préparation, l’organisation et le contrôle de l’ensemble des activités qui composent une ligne de production. C’est également lui qui veille à la mise en place des règles de qualité, hygiène, sécurité et environnement (QHSE). Enfin, il est responsable des tâches effectuées par les conducteurs de machines et opérateurs de production de la ligne dont il est en charge

LIRE LA SUITE

Le premier court métrage de l'EMA

LIRE LA SUITE

Métier agroalimentaire : un secteur dynamique qui recherche des candidats

Quand nombre de jeunes ne savent pas vers quel métier s'orienter, il est important de s'intéresser aux secteurs porteurs capables d'apporter un emploi rapidement après la formation. C'est le cas de l'agroalimentaire qui offre un taux d'insertion professionnel de 85%.

LIRE LA SUITE

Plan du site - Mentions légales - Studio Creatys 2013