Embauche des jeunes en alternance à l’école de l’alimentation

Les aides gouvernementales pour favoriser l’embauche en alternance

L’embauche des jeunes en alternance fait partie du grand plan de relance annoncé par François Hollande au début de l’année 2016. Ce plan vise à réduire le taux de chômage, qui atteint un taux record en France. Ces mesures touchent principalement la formation, l’embauche pour les PME et l’apprentissage. Avec celles-ci, le Président de la République veut totalement redéfinir notre modèle économique et social.

Création de 500.000 contrats de professionnalisation
 

L’une des mesures majeures du plan de relance est la création de 500.000 contrats de professionnalisation : apprentissage ou alternance. A titre de comparaison, aujourd’hui, seulement 8.000 contrats sont crées chaque année.
D’ici la fin de l’année 2017, le gouvernement prévoit donc que 500.000 soient formés par le biais de contrats en apprentissage. Pour cela, l’offre et les périodes de formation seront élargies. L’apprentissage doit devenir une filière de réussite et d’excellence.

Les aides financières gouvernementales pour les entreprises

Plusieurs aides financières cumulables ont été créées pour inciter les entreprises à recruter des jeunes en alternance, avec l’école de l’alimentation par exemple.
•    Des exonérations de cotisations sociales
•    Une exonération de charges et de salaires pour les entreprises de moins de 11 salariés embauchant des apprentis mineurs
•    Une aide au recrutement de 1.000€ pour les entreprises de moins de 250 salariés
•    Un aide financière au « contrat de génération »
•    Un crédit d’impôt de 1.600€ sur la première année de formation conduisant à un diplôme ou titre professionnel de niveau III ou inférieur, telle la formation de boucher que propose l’école des métiers de l’alimentation
•    Une déduction fiscale de la taxe d’apprentissage pour les entreprises de 250 salariés et plus, qui dépassent le seuil de 5% de contrats favorisant l’insertion professionnelles. Parmi ces contrats, on retrouve : les contrats d’apprentissage, de professionnalisation, d’embauche d’un doctorant en Convention industrielle de formation par la recherche (CIFRE) et le Volontariat international en Entreprise (VIE).




Le métier de Conducteur de ligne

Le conducteur de ligne a pour rôles : la préparation, l’organisation et le contrôle de l’ensemble des activités qui composent une ligne de production. C’est également lui qui veille à la mise en place des règles de qualité, hygiène, sécurité et environnement (QHSE). Enfin, il est responsable des tâches effectuées par les conducteurs de machines et opérateurs de production de la ligne dont il est en charge

LIRE LA SUITE

Le premier court métrage de l'EMA

LIRE LA SUITE

Métier agroalimentaire : un secteur dynamique qui recherche des candidats

Quand nombre de jeunes ne savent pas vers quel métier s'orienter, il est important de s'intéresser aux secteurs porteurs capables d'apporter un emploi rapidement après la formation. C'est le cas de l'agroalimentaire qui offre un taux d'insertion professionnel de 85%.

LIRE LA SUITE

Plan du site - Mentions légales - Studio Creatys 2013